Droit du travail

Le code du travail définit les conditions d’exercice des droits d’alerte et de retrait notamment en matière de santé publique et d’environnement (L4122-1, L4132-1 et s.)

Ce que disent les deux lois Sapin II et défenseur des droits :

le lanceur d’alerte révèle de manière désintéressée, de bonne foi, un crime, un délit, une menace grave, un préjudice grave pour l’intérêt général dont il a eu personnellement connaissance

La protection accordée au lanceur d’alerte salarié :

  • stricte confidentialité de ses identité et révélation
  • pas d’obligation de procédure interne à l’entreprise
  • peut saisir directement le procureur de la république
  • peut s’adresser au défenseur des droits

Il choisit la procédure, 3 étapes, 3 destinataires

  • alerte interne auprès du supérieur hiérarchique
  • alerte externe auprès des procureur, autorités
  • au-delà de 3 mois, publicité aux médias, o.n.g ou syndicats

Il choisit l’étape la plus efficace notamment si sa hiérarchie est impliquée, si il y a un danger grave et imminent ou un risque grave de dommage irréversible

Le destinataire est sanctionné pénalement s’il révèle l’identité du lanceur d’alerte

Conseil sur les précautions préalables: veillez à la fiabilité des preuves matérielles, authentifiez les origine, source, support notamment, par p.v de constat d’huissier, consultez l’avocat avant de lancer l’alerte pour éviter les manipulations

L’avocat vous conseille sur les preuves, choix de procédure,  risques encourus et vous aide de manière pragmatique, hors toute idéologie politique

 

Christine Dubedout


Articles similaires

40 années d'expérience - Spécialisée en Droit du travail et de la famille depuis 1994.

Derniers articles

Catégories

Réalisation & référencement Créer un site internet d'avocat

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.